top of page
  • Writer's pictureMaxence Longle

L'étude et la protection des baleines : un défi colossal (2/3)


Nous avons vu dans le dernier billet que les baleines sont des animaux particulièrement difficiles à étudier, et que les biologistes ont dû redoubler de créativité pour être en mesure de les suivre et de les comprendre. Mais en quoi leurs caractéristiques uniques influencent-elles le rapport qu’ont les cétacés avec leur environnement?


Les océans du 21e siècle sont pleins de dangers pour la vie marine : navires toujours plus nombreux, plus grands et plus rapides, pollution chimique, déchets plastiques, cordages et engins de pêche, changement climatique... Les baleines étaient parfaitement adaptées aux océans de l'ère préindustrielle, mais elles sont vulnérables à ces changements rapides de leur environnement. Ces problèmes sont invisibles pour la plupart des gens, car ils sont cachés sous la surface, loin des côtes, dans des mers peu fréquentées. Même les collisions avec les navires, où les humains sont par définition présents au moment de l'accident, passent souvent inaperçues, et on estime que seule une baleine enchevêtrée sur dix est enregistrée. En outre, il est difficile pour l'homme, créature totalement visuelle, de comprendre à quel point les baleines sont sensibles à leur environnement sonore, et nous commençons à peine à nous attaquer à ce problème crucial pour les cétacés.


Le fait que les baleines consomment de grandes quantités de nourriture au cours de leur vie les expose à la bioaccumulation de contaminants environnementaux. En tant que prédateurs qui consomment d'autres animaux carnivores comme les phoques et les gros poissons, les épaulards sont particulièrement touchés par ce phénomène. Chez les bélugas du Saint-Laurent, qui consomment des invertébrés vivant dans des boues contaminées, cela pourrait expliquer le taux élevé de mortalité périnatale. Les baleines à dents comme les cachalots et les baleines de Cuvier peuvent avaler de grandes quantités de débris plastiques, ce qui nuit grandement à leur digestion.


La vulnérabilité des baleines aux bouleversements rapides des océans tient en partie à leur long cycle de vie, qui limite leur résilience démographique. En effet, même dans des conditions idéales, il est difficile pour une population de rebondir rapidement après une perturbation ayant occasionné une forte mortalité, comme les grandes espèces de baleines maturent lentement et attendent souvent plusieurs années entre deux mises bas. Pour cette raison, lorsqu’on pense à la conservation des baleines, il faut tenir compte du fait que tous les individus n’ont pas la même importance pour la survie de leur espèce. Dans une population en danger où le taux de reproduction peine à assurer une croissance démographique, la survie d’une jeune femelle a plus d’impact sur l’avenir de son groupe que celle d’un mâle ou d’un individu plus âgé.


Mais plusieurs espèces de cétacés vivent en groupes complexes qui peuvent aller d'une unité familiale à plusieurs centaines de dauphins : la valeur d'un individu n'est pas seulement basée sur son potentiel reproductif, mais aussi sur son rôle social. Chez les orques et les globicéphales, les femelles aident leurs fils à se reproduire et assument un rôle de leader lorsqu'elles sont ménopausées.


Le fait que de nombreuses baleines présentent des mécanismes d'apprentissage social, que de nombreux chercheurs assimilent à une culture, est une arme à double tranchant pour leur préservation. D'un autre côté, la capacité d'apprendre rapidement une stratégie de survie peut être la clé pour exploiter une nouvelle ressource et s'adapter à une réalité changeante. Par exemple, les cachalots ont appris à profiter de la présence accrue des pêcheurs pour se servir directement sur leurs hameçons. En revanche, ces connaissances peuvent se perdre avec la mort d'individus clés , ou lorsque les populations sont trop fragmentées pour permettre une transmission culturelle. Pour les cachalots, qui vivent en groupes matrilinéaires, la perte d'une femelle plus âgée signifie également la perte d'un marqueur social, qui est le dépositaire des connaissances sur les itinéraires de migration, l'alimentation et la communication. En outre, certains groupes peuvent spécialiser leurs comportements bien plus que ne l'exigent leurs dispositions physiologiques, au point de devenir dépendants d'une seule ressource. C'est le cas des orques résidents du sud de la côte ouest de l'Amérique du Nord, qui se nourrissent presque exclusivement de saumon et sont en proie à de graves difficultés en raison du déclin des stocks. Pendant ce temps, sur des territoires qui se chevauchent, leurs cousines de passage, anatomiquement identiques, se nourrissent de mammifères marins de toutes tailles et ne connaissent pas de tels problèmes de malnutrition.  


Si même leur intelligence, leur sensibilité à leur environnement et leur aptitude à apprendre les uns des autres et à coopérer peut jouer contre eux, reste-t-il de l’espoir pour l’avenir des cétacés? Assurément, oui, car leur charisme et leur caractère unique capte chaque année un peu plus l’attention des chercheurs, du public et des parties prenantes des industries de la mer. Nous comprenons mieux aujourd’hui le rôle que les baleines jouent dans les cycles des nutriments à l’échelle des océans, et nous savons que de leur préservation dépend l’équilibre de systèmes cruciaux pour le maintien des écosystèmes marins et terrestres tels que nous les connaissons. Quels sont alors les défis particuliers que pose la conservation des cétacés, et que peut apporter Whale Seeker à cette mission titanesque? C’est ce que nous verrons dans le prochain billet.

Comentarios


bottom of page