top of page
  • Writer's pictureMaxence Longle

L'importance de la technologie dans la conservation de la faune sauvage

Dans le domaine de la conservation de la faune et de la flore sauvages, les écologistes ne sont pas les seuls à travailler pour assurer la prospérité des espèces et des écosystèmes ; les ingénieurs et les spécialistes des données conçoivent et mettent également en œuvre des technologies pour rendre la conservation plus efficace. À mesure que la technologie devient plus puissante et plus accessible, elle détermine la façon dont nous recueillons et analysons les données sur les espèces.


Lancé en 1973, le système de positionnement global (GPS) était initialement utilisé pour le suivi des sous-marins américains. Mais ce système de navigation par satellite, qui donne les coordonnées de localisation d'un utilisateur n'importe où sur la Terre, est depuis devenu très important pour la recherche biologique et la conservation. Le GPS permet aux écologistes de terrain d'enregistrer l'emplacement de leurs sites d'échantillonnage, de suivre le mouvement des animaux et d'analyser les tendances biogéographiques. Alors que le GPS fait purement référence aux données de position, un concept connexe est l'imagerie aérienne collectée par des capteurs sur des drones, des avions et des satellites. L'augmentation de la disponibilité de l'imagerie aérienne nous a permis de suivre l'évolution de l'utilisation des terres, de localiser avec précision des animaux tels que les koalas et même de compter les arbres individuels au-dessus de la canopée.



Crédit photo : Pêches et Océans Canada


L'imagerie aérienne est essentiellement un type de télédétection, qui consiste à mesurer le rayonnement d'une zone à distance afin d'obtenir des informations sur ses caractéristiques physiques. En d'autres termes, la télédétection nous permet d'acquérir des informations sur un objet sans avoir de contact physique avec lui. Associées au GPS, les méthodes de télédétection telles que l'imagerie aérienne fournissent aux scientifiques des données géospatiales, qui contiennent des informations non seulement sur un lieu, mais aussi sur son emplacement exact. Le Lidar (Light Detection and Ranging) est une autre méthode de télédétection qui utilise la lumière pour mesurer les distances par rapport à la terre. Le Lidar a permis aux scientifiques de produire des cartes précises du littoral, de comprendre la structure des arbres et de délimiter les cours d'eau.


Les technologies sur le terrain permettent également de collecter des données sur la faune sauvage. Les pièges à caméra ont permis de recueillir une énorme quantité de données et d'étudier des espèces rarement observées par les scientifiques dans la nature. De leur côté, les dispositifs de surveillance acoustique peuvent enregistrer les sons des animaux, tant sous l'eau qu'en surface, et ont aidé les scientifiques à mesurer l'abondance des poissons et à comprendre la composition des communautés d'abeilles. Les technologies génétiques portables, telles que Gene, qui recueillent et analysent les données génétiques, se sont également révélées être des méthodes précieuses de détection des espèces.


Enfin, l'accessibilité accrue des non-scientifiques aux téléphones portables et aux applications a augmenté le potentiel de collecte de données sur la faune sauvage et d'éducation. Par exemple, les scientifiques ont analysé les données recueillies par les citoyens sur l'application eBird pour comprendre la répartition des oiseaux, tandis que iNaturalist aide les scientifiques et les non-scientifiques à identifier les animaux et les plantes, tout en créant des réseaux et en apprenant d'autres naturalistes.


Les technologies telles que la télédétection, les pièges photographiques et les applications téléphoniques modifient la manière dont nous collectons les données, mais ces données doivent ensuite être gérées et analysées. Les systèmes d'information géographique(SIG) sont des cadres qui permettent de gérer, d'analyser et de visualiser les données relatives à la faune et à la flore, ce qui aide à comprendre la répartition des populations, l'utilisation de l'habitat, les progrès en matière de conservation et la biodiversité régionale au fil du temps. Les langages de codage libres tels que R et Python permettent aux scientifiques des données et aux biologistes d'analyser les données et de créer des algorithmes d'intelligence artificielle (IA) qui révolutionnent la conservation. En fait, les pièges photographiques recueillent tellement d'images que les scientifiques emploient l'IA, plutôt que des humains, pour les filtrer. Whale Seeker est un autre exemple : nous utilisons l'apprentissage profond pour localiser les baleines à partir d'images aériennes afin que nos clients économisent du temps et de l'argent qui seraient autrement consacrés à l'analyse manuelle de ces images. Les algorithmes d'IA sont également utilisés pour prévoir les schémas migratoires, prédire où les braconniers sont le plus susceptibles d'entrer dans un parc et identifier les animaux à partir d'enregistrements audio et de dispositifs de surveillance acoustique.

תגובות


bottom of page