top of page
  • Writer's pictureMaxence Longle

Menaces sur les baleines


Les cétacés sont un groupe de mammifères marins composé de baleines, de marsouins et de dauphins. Bien qu'ils soient importants sur le plan écologique, économique et culturel, les cétacés sont confrontés à des menaces croissantes dans le monde entier. Aujourd'hui, six des 13 espèces de grandes baleines sont en voie de disparition ou vulnérables. Au Canada, 19 populations de baleines sont désignées comme étant en voie de disparition, menacées ou préoccupantes. Pourquoi cette situation ?


Tout d'abord, les baleines et autres cétacés ont une stratégie K : ils sont grands, ont une longue durée de vie et ne se reproduisent pas très souvent. Le prélèvement d'un individu dans une population de baleines a des répercussions beaucoup plus importantes que le prélèvement d'un individu dans une population de saumons, car les saumons ont un taux de reproduction plus élevé et plus d'individus dans leur population.


Cela signifie que de petits changements dans la mortalité et la reproduction des baleines au niveau individuel peuvent faire une différence au niveau de la population. Les populations de baleines peuvent bien sûr être influencées par des changements naturels affectant la disponibilité des proies, la concurrence entre les espèces et les habitats océaniques. Cependant, ces changements sont généralement exacerbés par l'homme. Dans l'ensemble, les principales menaces pesant sur les cétacés sont souvent le résultat d'une activité humaine directe ou indirecte, et comprennent la dégradation de l'habitat, la pêche commerciale et la chasse à la baleine, la pollution, le trafic maritime et le changement climatique.


Dégradation de l'habitat


La dégradation de l'habitat est un terme général qui fait référence aux processus humains qui rendent les habitats moins appropriés pour d'autres organismes. Essentiellement, un habitat dégradé est le produit d'autres facteurs environnementaux tels que le changement climatique causé par l'homme, le développement côtier, le trafic maritime, les espèces introduites, la surpêche et la pollution - des facteurs qui rendent les habitats moins adaptés aux baleines.


Crédit photo : E. Lyman/ HWS et National Oceanic and Atmospheric Administration.


La baleine bleue, la baleine à bosse et la baleine noire de l'Atlantique Nord ont été chassées jusqu'à l'extinction au cours des XIXe et XXe siècles. En 1986, la Commission baleinière internationale (CBI) a instauré un moratoire sur la chasse commerciale à la baleine, bien que l'Islande, le Japon et la Norvège poursuivent toujours cette activité, tuant plusieurs centaines de baleines chaque année.


L'industrie de la pêche commerciale représente toutefois une menace bien plus grande pour les populations de baleines que la capture directe de baleines. On estime que 300 000 cétacés sont accidentellement capturés chaque année en tant que prises accessoires, piégés dans les engins de pêche des grands navires de pêche commerciale et des navires artisanaux locaux. Il s'agit d'un problème mondial, qui touche non seulement les cétacés mais aussi d'autres mammifères marins, des oiseaux de mer et des tortues. En outre, la pêche commerciale non durable peut réduire les populations de poissons, diminuant ainsi la disponibilité des proies pour certaines espèces de cétacés.


Pollution


La pollution est peut-être l'exemple le plus direct de dégradation de l'habitat et constitue un risque pour la santé des écosystèmes et des baleines. Les contaminants peuvent provenir du développement énergétique côtier et offshore, du trafic maritime, des villes, des produits et déchets humains et du tourisme. Les océans sont souvent la destination finale de nombreux contaminants provenant des lacs et des rivières.


Les polluants chimiques comprennent les polluants organiques persistants (POP) d'origine humaine, qui perturbent le système endocrinien et peuvent nuire au succès de la reproduction, les polychlorobiphényles (PCB), qui s'accumulent dans les organismes situés au sommet de la chaîne alimentaire, comme les baleines, et des contaminants tels que le mercure, qui peuvent entraîner des problèmes reproductifs et neurologiques. Les eaux de ruissellement agricoles peuvent surcharger les rivières et les océans en nutriments, dégradant ainsi la qualité de l'eau et entraînant la prolifération d'algues. De plus, les baleines peuvent ingérer et s'empêtrer dans de gros débris marins tels que le verre, le plastique et les engins de pêche.


La pollution chimique n'est cependant pas le seul danger. La pollution sonore, ou son anthropique, est une autre menace pour l'habitat et la survie des baleines, qui dépendent fortement du son pour leur alimentation, leur migration et leur reproduction. Le bruit aigu, qui est intense et de courte durée, provient souvent des relevés sismiques et des sonars militaires, tandis que le bruit chronique, qui est de moindre intensité et de plus longue durée, provient souvent de la navigation et des activités industrielles.


Trafic de bateaux





Le trafic maritime des bateaux de pêche et des navires industriels ne fait qu'augmenter, en particulier dans l'Arctique, à mesure que la glace fond et que les routes maritimes s'ouvrent. C'est une mauvaise nouvelle pour les baleines, car cela ajoute non seulement au problème du bruit anthropique, mais aussi à la prévalence des collisions avec les navires, qui peuvent blesser ou tuer des baleines. Rien qu'au large de la côte ouest des États-Unis, environ 80 baleines sont tuées chaque année, bien que les collisions avec les navires soient rarement observées et que les estimations de mortalité soient probablement sous-estimées.


Les nuisances sonores et les collisions avec les navires dues au trafic maritime ne proviennent pas uniquement des bateaux de pêche et de navigation ; les bateaux utilisés pour les loisirs, la recherche et le tourisme font également partie du problème.


Changement climatique


Les effets du changement climatique sont vastes et complexes, notamment les modifications de la température, de la glace de mer, de l'acidité des océans, des précipitations et des régimes climatiques. Ces facteurs ne vont pas seulement modifier les réseaux alimentaires et altérer la physique des océans ; ils vont également aggraver les menaces déjà existantes, comme la pollution et les maladies. Le changement climatique pourrait potentiellement accroître le développement d'agents pathogènes et la transmission de maladies chez les baleines.


En réponse à l'évolution des températures océaniques et de l'abondance et de la disponibilité des proies, le changement climatique peut également amener certaines baleines à modifier leurs aires de répartition ou leurs itinéraires de migration, ce qui perturbe les modes de reproduction et fragmente les aires de répartition des espèces. Les espèces résidant dans l'Arctique, comme la baleine boréale, le narval et le béluga, sont particulièrement sensibles aux changements écologiques causés par le réchauffement des températures océaniques et la fonte de la glace de mer.

Comments


bottom of page