top of page
  • Writer's pictureMaxence Longle

Pourquoi nous ne sommes pas une association à but non lucratif


Lorsque nous parlons de Whale Seeker, les gens sont souvent surpris d'apprendre que nous sommes une entreprise à but lucratif. Cela soulève une question : lorsqu'il s'agit de réparer les incursions passées de l'humanité dans la nature - dont beaucoup sont le résultat direct des activités des entreprises - quel rôle les entreprises privées ont-elles à jouer ? Quelles sont les forces et les limites des différentes structures de gouvernance pour lutter contre ces problèmes ?


Dans notre domaine d'activité - le suivi des baleines - les instituts de recherche universitaires sont l'un des lieux où un certain nombre d'initiatives en matière d'IA ont vu le jour. Ces institutions ont l'avantage de favoriser la fertilisation croisée entre les biologistes et les experts en technologie. Cependant, aucune de ces nombreuses initiatives universitaires n'a débouché sur le type d'approche évolutive dont nous avons besoin pour faire face à l'ampleur des populations de baleines vulnérables dans le monde. L'une des raisons en est que les logiciels, en particulier dans un domaine aussi dynamique que l'IA, sont davantage considérés comme des services que comme des produits finis. Le travail est loin d'être terminé une fois qu'un logiciel est développé : il doit être capable de s'adapter à de nouveaux formats de données, à des environnements et à des espèces cibles en constante évolution. Le fait d'être une entreprise à but lucratif permet à WS de développer, mais aussi de maintenir et d'améliorer ses solutions au fil du temps : nos employés se concentrent sur les complexités uniques de la détection des baleines - pas seulement pour la durée d'un projet de recherche ou d'une subvention, mais tout au long de l'année.


Les gouvernements ont également joué un rôle clé dans ce domaine : par exemple, en 2017, lorsque l'opinion publique s'est émue d'un certain nombre de collisions avec des baleines franches de l'Atlantique Nord en danger critique d'extinction, le gouvernement canadien a réagi en imposant un ralentissement dans le golfe du Saint-Laurent, ce qui semble avoir été au moins quelque peu efficace pour réduire le nombre de décès. Cependant, les services gouvernementaux responsables de la surveillance de la faune marine ne disposent souvent pas de l'expertise technique nécessaire pour non seulement créer, mais aussi entretenir un système complexe de collecte d'informations, et cherchent généralement à sous-traiter ce travail.


Les organisations à but non lucratif sont une autre structure qui a un rôle utile à jouer dans l'écosystème. Les groupes de protection de la nature effectuent un travail important de sensibilisation aux questions environnementales, de lobbying pour modifier les politiques et de rapprochement entre la recherche scientifique et les stratégies de rétablissement des écosystèmes. Les associations de protection de l'environnement sont souvent les premières à utiliser les technologies de pointe, mais le développement de nouveaux outils d'intelligence artificielle nécessite des décisions rapides et flexibles en matière de produits et des investissements financiers qui sont souvent incompatibles avec la structure du conseil d'administration et des dons d'une association à but non lucratif. Les technologies développées par les organisations à but non lucratif fonctionnent souvent à perte et dépendent de l'afflux continu de fonds, ce qui constitue un obstacle majeur à la généralisation de ces solutions.


Une dernière question qui nous est posée est de savoir pourquoi il ne serait pas plus efficace qu'une grande entreprise technologique spécialisée dans le domaine s'attaque au problème. La réponse est... qu'elles l'ont fait ! Une récente collaboration entre la NOAA et Microsoft a permis de mettre à la disposition du public un ensemble de données sur plus de 14 000 phoques de l'Arctique. Mais dans notre dernier blog, notre directeur technique Antoine Gagne a révélé que l'annotation automatique de Microsoft avait oublié au moins 1 500 phoques dans l'imagerie ! Bien que précieuse, l'implication d'une grande entreprise technologique ne semble donc pas avoir résolu le problème de manière définitive. Cela s'explique en partie par les particularités du problème, par rapport aux tâches d'IA que la plupart des entreprises ont l'habitude de résoudre. Par exemple : les mammifères marins sont des cibles rares dans l'imagerie, apparaissant dans une petite fraction des images collectées au cours d'une étude et occupant une fraction encore plus petite du nombre total de pixels en jeu. Il est donc difficile d'acquérir des données d'entraînement, et comme chaque nouvel ensemble de données est différent, de nouvelles données d'entraînement sont souvent nécessaires. En se concentrant sur ce problème depuis plusieurs années, Whale Seeker a mis au point une solution " Human In The Loop ", qui consiste à intercaler des phases de détection automatique et manuelle afin de réapprendre à un modèle à s'adapter à un nouvel environnement en utilisant une fraction du temps d'annotation manuelle requis pour les ensembles de données d'IA conventionnels.


En tant qu'entreprise privée, Whale Seeker occupe une position unique dans l'écosystème diversifié des esprits qui s'attaquent à la question de la surveillance des baleines. Comme beaucoup d'autres startups technologiques, nous sommes dirigés par une équipe légère et adaptable, capable de s'adapter à l'évolution constante de l'apprentissage automatique. En tant qu'entreprise à but lucratif, nous intégrons la viabilité à long terme dans nos outils et nos modèles de service, et nous offrons aux clients du secteur la possibilité d'adopter des pratiques plus durables tout en maintenant ou en améliorant leurs résultats.


Nous pensons qu'une entreprise durable et éthique peut également être financièrement viable. En tant que première entreprise d'IA au service de la faune à être certifiée B Corporation, nous sommes tenus de respecter les normes les plus strictes en matière de performances sociales et environnementales responsables. Cela inclut des politiques d'entreprise qui abordent les défis éthiques spécifiques à l'IA dès le début de nos opérations.


Comme pour tout défi mondial, le secteur privé n'est qu'un élément de l'écosystème complexe des efforts nécessaires pour trouver une solution - mais un élément vital néanmoins !

Kommentare


bottom of page