top of page
  • Writer's pictureMalcolm Kennedy

Tout le monde sur le pont : protéger la baleine franche de l'Atlantique Nord


Fin octobre, j'ai eu le privilège d'assister à la réunion annuelle du North Atlantic Right Whale Symposium à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Le temps était suffisamment chaud pour que j'aie la chance de nager à côté d'un phoque flottant dans l'Atlantique. Je n'ai pas pu m'empêcher de scruter l'horizon pour voir si je pouvais apercevoir une insaisissable baleine franche de l'Atlantique Nord lors de sa migration automnale des eaux canadiennes vers les eaux américaines, le long du plateau néo-écossais.


La conférence s'est déroulée sur deux journées entières, au cours desquelles tous les acteurs ont collaboré à la réalisation d'un objectif unique : comprendre et protéger l'une des espèces de baleines les plus gravement menacées au monde. Elle a rassemblé des scientifiques, des représentants des gouvernements des deux côtés de la frontière, des pêcheurs et d'autres alliés de l'industrie. Si les discussions scientifiques ont mis l'accent sur la gravité des menaces humaines qui pèsent sur les baleines franches et sur la précarité de leur existence, il s'en est dégagé un immense sentiment de possibilité de faire mieux, et parfois même d'optimisme.

L'une des sessions de la conférence qui a retenu l'attention s'est concentrée sur l'industrie florissante de l'éolien en mer le long de la côte est des États-Unis. Les défis auxquels cette industrie est confrontée incarnent les lacunes en matière de connaissances qui ont empêché une conservation efficace jusqu'à présent. Cependant, il y a également eu un engagement croissant à utiliser cette présence humaine accrue pour intensifier la surveillance et réduire les risques pour les baleines franches dans tous les secteurs d'activité.

L'un des exposés de la session sur les éoliennes en mer portait sur les stratégies de détection des baleines franches à proximité des zones de construction actives. Traditionnellement, la surveillance acoustique passive a été la principale méthode de détection des baleines, permettant d'interrompre la construction en cas de présence d'une baleine. Mais la modélisation des taux d'appels et des mouvements des baleines présentée dans cet exposé suggère que la détection acoustique seule ne suffira pas à détecter de manière fiable les baleines franches : Même avec de vastes réseaux d'hydrophones s'étendant sur des kilomètres autour d'un chantier de construction, le risque de manquer une baleine reste alarmant. Nous aurons donc besoin de toutes les modalités, y compris des études visuelles, pour atténuer plus efficacement les risques pour les baleines franches tout en profitant de l'énorme opportunité que représente l'éolien en mer pour la transition énergétique.


Crédit photo : A_Different_Persepective sur Pixabay Whale Seeker se réjouit de pouvoir se lancer dans les technologies de détection automatique. Nous contribuons à réduire le temps de latence et les coûts associés à l'analyse des relevés aériens traditionnels, ce qui permet à l'industrie éolienne offshore d'étendre massivement ses efforts de surveillance. En outre, nous développons également une solution en temps réel, orientée vers l'avant et basée sur un navire, qui permettra une surveillance avec une plus grande flexibilité géographique.

Êtes-vous prêt à nous rejoindre dans ce voyage transformateur ? Planifiez un appel exploratoire dès aujourd'hui et découvrez comment la solution en temps réel Möbius Observer ainsi que notre solution Möbius pour l'homme dans la boucle peuvent améliorer de manière significative vos évaluations d'impact environnemental et réduire les retards des projets.   

Kommentare


bottom of page