top of page
  • Writer's pictureMaxence Longle

Une espèce sentinelle dans le nord : ce que les bélugas peuvent nous apprendre sur le monde


crédit photo : Pêches et Océans Canada


Les bélugas : les baleines blanches de l'Arctique ne sont pas seulement appréciées pour leur nature amicale ; elles sont aussi de merveilleux indicateurs de la santé des écosystèmes. Ce sujet occupe une place importante dans mes recherches à l'université de la Colombie-Britannique, où je travaille à la modélisation de la contamination par le mercure chez les bélugas de la mer de Beaufort. Bien que je me concentre sur les concentrations de mercure en particulier, la modélisation de l'écosystème exige une compréhension de l'espèce concernée, ainsi que de l'écosystème dans son ensemble. Je vous présenterai ici les bélugas en tant qu'espèce, ce qui les rend spéciaux pour l'écosystème et pour les humains, et comment ils peuvent être utilisés dans la recherche environnementale.


Les bélugas sont des odontocètes, ou baleines à dents, qui se nourrissent de divers poissons et invertébrés dans l'océan. Il s'agit d'une espèce charismatique et sociale qui vit en groupes pouvant compter jusqu'à 100 individus et qui communique par une série de clics et de sifflements, ce qui lui a valu le surnom de "canari des mers". Les individus vivent en moyenne 35 à 50 ans à l'état sauvage et sont relativement petits, atteignant une longueur maximale d'environ 6 mètres, soit à peu près les deux tiers de la longueur d'un bus scolaire.


Il existe environ 20 populations ou stocks génétiquement distinctes de bélugas. Répartis dans l'Arctique circumpolaire et le subarctique, on les trouve dans les eaux de l'Alaska, du Canada, du Groenland, de la Norvège et de la Russie. La plupart des stocks sont migrateurs, se déplaçant vers les eaux plus froides en été à la recherche d'une nourriture plus abondante et retournant dans les eaux plus chaudes pendant les mois d'hiver pour se reproduire. Les bélugas de l'est de la mer de Beaufort - le stock que j'étudie - passent l'hiver dans la mer de Béring, mais parcourent 2 500 kilomètres pour se rendre en été dans la mer de Beaufort, qui borde le nord de l'Alaska, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest. Les aires d'estivage des bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent s'étendent jusqu'à la rivière Saguenay et, en hiver, on pense qu'ils migrent vers Sept-Îles. Quant aux bélugas de la baie d'Hudson, ils passent l'été dans les estuaires de la baie d'Hudson et migrent vers le nord dans la baie ouverte en hiver.


Les zones jaunes sont l'habitat du béluga.

crédit photo : IUCN


Bien que chaque population de bélugas habite un écosystème différent et rencontre donc des conditions environnementales et des sources de proies légèrement différentes, tous les stocks jouent un rôle important similaire dans l'écosystème. En tant que prédateurs supérieurs, ils contrôlent les populations de proies qui se trouvent en dessous d'eux dans le réseau alimentaire, comme la morue arctique, les escargots marins, les crustacés et le plancton. Ils constituent également une importante source de nourriture pour les prédateurs tels que les orques, les ours polaires et les humains, et soutiennent ainsi la biomasse du réseau alimentaire situé au-dessus d'eux. Les bélugas sont également une source importante de nutriments pour les producteurs primaires et les décomposeurs. Lorsqu'ils meurent, leurs carcasses coulent au fond de l'océan et servent de nourriture aux décomposeurs ; lorsqu'ils sont vivants, leurs matières fécales agissent comme une pompe qui fait recirculer les nutriments qu'ils ont ingérés des poissons et du zooplancton près de la surface vers les producteurs primaires en dessous. Les bélugas sont également présents dans les histoires, les œuvres d'art, les croyances spirituelles, les outils et les repas de nombreuses communautés autochtones de l'Arctique. Bien que les traditions spécifiques et les connaissances écologiques varient d'une communauté autochtone à l'autre, les bélugas en général sont considérés comme culturellement, spirituellement et nutritionnellement importants pour les communautés autochtones et leurs moyens de subsistance.


Outre leur importance pour les écosystèmes et les humains, les bélugas sont également extrêmement utiles pour la science. Il s'agit d'une espèce sentinelle, car il accumule les polluants et réagit à la variabilité de l'environnement, ce qui en fait un bon indicateur de la santé de l'écosystème. Le lard des bélugas, leur comportement, leur régime alimentaire et les contaminants trouvés dans leur foie et leurs reins peuvent indiquer la qualité de l'écosystème marin dans son ensemble. Les scientifiques peuvent étudier le comportement des bélugas, la taille des stocks et les schémas de migration grâce à des enquêtes aériennes, mesurer les concentrations de contaminants tels que le mercure en prélevant des échantillons sur les baleines chassées et comprendre le régime alimentaire des bélugas en effectuant des analyses d'isotopes stables. De plus en plus, les programmes de recherche et de surveillance des bélugas intègrent les connaissances autochtones dans les études, car les observations, les expériences et l'expertise des communautés fournissent des informations précieuses sur le comportement et la santé des bélugas, sur l'écosystème en général et sur les changements environnementaux. En effet, divers types de changements environnement aux se produisent dans l'Arctique, notamment la pollution chimique, la pollution sonore due aux navires et à l'exploration pétrolière et gazière, la hausse des températures, la fonte de la glace de mer, la modification des sources de nourriture et les agents pathogènes.


Grâce aux observations terrestres, à la modélisation, aux mesures sur le terrain, aux connaissances écologiques traditionnelles et à la recherche interdisciplinaire dans l'Arctique, les scientifiques et les communautés travaillent ensemble pour comprendre comment les bélugas réagissent aux changements environnementaux actuels et futurs. Étudier et comprendre les bélugas n'est pas seulement important pour protéger l'espèce. Comme je le constate dans mes recherches, les bélugas peuvent également nous apprendre comment le changement climatique affecte les écosystèmes et les communautés de l'Arctique, ainsi que les problèmes de santé publique comme les concentrations de mercure dans l'environnement.

Comentarios


bottom of page