top of page
  • Writer's pictureMaxence Longle

Les ports : des passerelles vers une économie durable


Sur Whale Seeker, nous nous intéressons toujours à la chaîne de valeur du commerce maritime où la responsabilité environnementale peut entrer - ou entre déjà - en ligne de compte. Les ports sont un lieu de changement qui mériterait un article de blog entier. Les ports occupent une position unique : tout d'abord, les zones où les baleines et le trafic maritime entrent le plus en contact sont généralement des zones côtières proches des grands centres de population, ce qui coïncide en grande partie avec les voies de navigation qui mènent aux ports et en partent. Deuxièmement, les ports se distinguent dans l'industrie maritime par leur responsabilité vis-à-vis de l'opinion publique et des gouvernements. Au Canada, la durabilité de leurs pratiques fait l'objet d'une législation telle que la loi maritime du Canada. En outre, les ports sont des lieux où le global et le local se croisent.


Parce qu'ils sont en contact avec des navires du monde entier, les ports peuvent établir une norme pour les navires qui y accostent, et l'ont fait, en mettant en place des programmes qui offrent des incitations financières aux navires qui respectent les normes. Par exemple, le programme Green Wave du port de Prince Rupert, sur la côte pacifique canadienne, offre des réductions sur les droits de port aux navires qui utilisent des technologies connues pour réduire les émissions ou le bruit sous-marin. Les réductions sont échelonnées en fonction de l'efficacité des technologies employées et vont de 10 % à 50 %. Le programme ECHO, coordonné par l'autorité portuaire de Vancouver-Fraser, le plus grand port du Canada, est un exemple d'initiative un peu plus impliquée, mais toujours entièrement volontaire et pilotée par le port. Parmi la diversité de la vie marine dans la mer des Salish, où se trouvent les voies de navigation du port, se trouve l'une des populations de baleines les plus gravement menacées au monde, les orques résidentes du Sud, dont il ne reste aujourd'hui que 73 individus. Pour ne rien arranger, les comportements sociaux et de recherche de nourriture de ces mammifères marins incroyablement vocaux ont été de plus en plus perturbés par le bruit persistant des navires en transit vers et depuis le port. Depuis son lancement, le programme ECHO a permis de réduire de moitié le bruit des navires dans les zones clés qu'il ciblait. Pourquoi un tel succès ?


Tout d'abord, il a réussi parce qu'il avait des données de son côté. Le programme ECHO a débuté en 2014 et, au cours des premières années, il s'est principalement attaché à établir des données de référence crédibles et exhaustives sur le bruit des navires dans la région. Cela signifiait collaborer avec JASCO et Transport Canada pour installer des stations d'écoute et recueillir des milliers de mesures de l'intensité sonore des transits de navires. Il a fallu travailler avec des personnes connaissant les baleines pour cibler les zones clés. Il s'agissait de déterminer quels navires faisaient le plus de bruit, à quelle vitesse, et de se concentrer lentement sur la question clé : quel était le changement le moins intrusif qui pouvait être apporté, tout en produisant la réduction la plus significative du bruit ? Lorsque le programme ECHO a finalement introduit ses ralentissements volontaires, il a commencé modestement. En 2019, il a doublé la taille de la zone de ralentissement, mais a réussi à maintenir le taux de conformité à plus de 80 %, tout cela sur une base volontaire.


Une deuxième raison possible du succès d'ECHO est qu'il faut un village pour sauver une baleine - et le programme ECHO en a créé un, en rassemblant un groupe diversifié de parties prenantes, à terre et à l'extérieur. Les ports sont un lieu naturel pour ce type de coordination et de consultation, puisqu'ils sont au carrefour de plusieurs industries et des pouvoirs publics, et qu'ils sont ancrés dans les communautés.


Mais les ports doivent également rester compétitifs tout en réalisant des progrès en matière de durabilité. Qu'est-ce qui incite les ports à mettre en place ce type de programme et à risquer de voir les chargeurs se tourner vers d'autres ports ? Dans une certaine mesure, il s'agit là d'une limite de ce type d'initiative volontaire. Mais les organisations indépendantes qui reconnaissent et coordonnent les efforts de durabilité dans l'ensemble du secteur ont également un rôle à jouer. L'Alliance verte est l'organisation la plus remarquable à l'heure actuelle. Elle travaille avec des dizaines de grands ports d'Amérique du Nord, ainsi qu'avec des armateurs et des chantiers navals, afin de faire progresser le secteur en matière d'objectifs de durabilité. Pour ce faire, elle attribue des notes annuelles aux membres participants en fonction d'un certain nombre de critères environnementaux. Ces critères obligent les ports (et les autres acteurs) à se fixer des objectifs spécifiques et les récompensent lorsqu'ils atteignent ces objectifs. La notation est échelonnée de manière à récompenser les phases de recherche et de prototypage des programmes, ainsi que leur mise en œuvre effective.


À l'adresse Whale Seeker, nous sommes enthousiasmés par cette approche, car elle reconnaît l'importance de développer des programmes fondés sur des données. Nous pensons que la seule façon d'éviter à la fois les décès de baleines et les coûts financiers insoutenables est de commencer par des données abondantes et fiables. Nous sommes également enthousiastes à l'idée de travailler avec les ports, ainsi qu'avec d'autres industries maritimes, pour contribuer à fournir les données nécessaires à la création d'un avenir plus durable en mer.

Comments


bottom of page